L’ÉRABLE DANS LE JARDIN JAPONAIS

Ces jours-ci, s’il ne fait pas trop froid, nous allons effectuer la taille « à la japonaise » des érables dans les jardins japonais dont nous assurons l’entretien, l’occasion de parler de cette petite merveille qu’est l’érable du Japon.

Erable dans la nature

Celui-ci est très présent dans les paysages japonais, dans les montagnes, les collines, près des rivières. Comme le jardin japonais est un paysage en miniature, il s’y retrouve fort logiquement.

Erable en automne

Première caractéristique, l’érable japonais est un arbre événement qui marque les saisons. De la même façon que le cerisier marque le printemps, l’érable marque l’automne, par sa décoloration rouge, jaune, ou orange. Comme pour la floraison des cerisiers, la coloration des érables est, au Japon, l’occasion d’une fête, un pèlerinage pour admirer la beauté des paysages et communier avec la nature, le « momiji gari ».

Erable au jardin Albert Kahn

De la même façon qu’on prend sa voiture pour sortir de la ville et retrouver des paysages naturels, on peut descendre dans son jardin et apprécier le même évènement.

Pour que la connexion avec la nature fonctionne, il est important de bien marquer les saisons.

Le jardin reflète la vie et le passage du temps et il faut le ressentir physiquement par les changements qui s’y produisent.

 

L’autre caractéristique de l’érable japonais est sa beauté intrinsèque, chantée dans la poésie japonaise depuis des siècles.

Erable et lumière.jpg

C’est un arbre au port élégant et gracieux, avec un feuillage léger, clair et transparent.Son feuillage léger laisse filtrer les rayons du soleil, donnant des jeux d’ombre et de lumière dans le feuillage. Pour certaines variétés rouges ou pourpres la couleur des feuilles varie même en fonction de la lumière ambiante.

ERABLES ET PERSISTANTS

C’est un arbre aérien. Par contraste, il s’associe bien avec les végétaux persistants, camélias, pins, bambous, buis, azalées etc …

ERABLE AU PRINTEMPS

L’érable marque également très bien le printemps avec des bourgeons qui s’épanouissent progressivement, comme une petite main qui s’ouvre dans une couleur vert frais (pour l’espèce type). L’acer palmatum tire d’ailleurs son nom des petites feuilles palmées. L’érable produit des petites grappes de minuscules fleurs au printemps (ci-dessus) et des fruits (samares) à l’automne (ci-dessous). Grâce à leur forme en pales d’hélicoptère, les samares volent et disséminent les graines en vue de la reproduction …

SAMARES ERABLE

Il existe des érables japonais rouge-pourpre pour varier les plaisirs et contraster avec les feuillages verts.

RAMURE ERABLE POURPRE

Une autre grande qualité de l’érable est qu’il se taille très bien. La taille à la japonaise a pour but de maintenir l’arbre dans les proportions du jardin en mettant en valeur ses caractéristiques ; Pour l’érable, la taille mettra en valeur son port et sa ramure en accentuant sa transparence. Notre prochain article sera consacré à la taille de cet arbre et entrera dans les détails.

Où le planter : Là où il devrait être dans la nature i.e

– dans les grands jardins, on peut l’imaginer en arrière plan pour créer un fonds dans la vue du paysage

– dans les petits jardins, il sera mis à des points focaux, près d’un point d’eau ou sur une partie surélevée du terrain qui symbolise une montagne.

Comment le choisir ? Il existe des centaines de variétés et cultivars d’érables japonais permettant de nombreux choix. Pour moi un élément essentiel est de bien choisir le port de l’arbre qui définira sa personnalité et une grande partie de sa beauté. Donc je conseille de choisir l’arbre dans une pépinière, jamais sur catalogue.

Pour ceux qui habitent en région parisienne et qui souhaitent bénéficier d’un large choix, je recommande la pépinière du Val de Jargeau, spécialisée en érables et plantes de terre de bruyère. Ce n’est pas tout près (1 H 30 de route) mais elle vaut la peine.

 

ERABLE ET FONTAINEIl existe différents types de feuilles en particulier des feuilles très découpées qui accentuent encore la légèreté du feuillage.

Au niveau des couleurs, on trouve des érables verts, pourpres, des érables rouges, des feuilles panachées.

A part l’acer palmatum type que je conseille vous trouverez ci-dessous quelques variétés que j’aime bien :

– dans les érables aux feuilles palmées simples :

Acer palmatum ‘Fireglow’, port dressé, rouge-pourpre lumineux au printemps et en été et rouge à l’automne

Acer palmatum SenkakiAcer palmatum ‘Senkaki’’, port dressé Il se caractérise par son bois rouge toute l’année, et surtout rouge vif très décoratif en hiver. Feuillage vert tendre marginé de rouge au printemps, puis vert franc en été, et enfin jaune doré à orange-cramoisi en automne.

Acer palmatum ‘Osakazuki’ port dressé, vert lumineux au printemps et en été et rouge à l’automne

Acer palmatum ‘Deshojo’ port dressé, rouge au début du printemps et vert en été et rouge-orange à l’automne

Acer palmatum ‘Higasayama’, port dressé, au printemps, blanc crème à jaune, avec une ligne centrale vert tendre, plus quelques touches rosées sur le pourtour. Puis, en été, il devient crème avec une ligne centrale verte. A l’automne, la couleur s’unifie en vert franc, avant de prendre des jolies couleurs jaune doré-orange.

ERABLE ET AZALEES– dans les érables au feuilles très découpées (acer palmatum dissectum)

Acer palmatum dissectum ‘Seyriu’ , port dressé, un feuillage ultra léger qui ressemble à de la dentelle,un port dressé et évasé, vert tendre au printemps et rouge orangé

Acer palmatum dissectum atropurpureum ‘Garnett’ un port retombant qui dévoile une belle ossature en hiver, rouge léger au printemps, pourpre en été et rouge à l’automne

Acer palmatum dissectum ‘Viridis’ un autre port en cascade vert au printemps, jaune à l’automne

C’est un arbre de mi-ombre (bien qu’on puisse trouver des variétés qui supportent le soleil), à planter en terre acide ou dans une grande fosse de terre de bruyère. Il a besoin d’un sol frais mais attention il ne supporte pas les sols détrempés !

Dans le prochain article consacré à l’érable, nous allons voir comment s’effectue la taille « à la japonaise ».

Crédits  photo (hors photos de nos jardins) :   Abo 1977 n°1 Yurukaze n°2 Atsukoushio n°3 Kojiro Okada

Portfolio projetsContactNos prestations

A propos 4a4m4c4

Paysagiste ENSP, spécialiste des jardins japonais
Cet article, publié dans Art et techniques du jardin japonais, Taille à la japonaise, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s